jeudi 4 février 2010

Jesús Alcalá: aucune ONG n'a jamais accusé Israël de trafic d'organes

"Chaque année, environ une trentaine d'associations différentes de défense des droits de l'homme - internationales, israéliennes et palestiniennes – publient des rapports sur les abus et les violations des droits de l'homme commis en Israël, en Cisjordanie et à Gaza. [...] Mais aucune de ces ONG n'a jamais accusé ou soupçonné Israël d'avoir volé des organes aux Palestiniens tués par l'armée israélienne. Pas Amnesty International. Pas Human Rights Watch. Pas une seule des nombreuses associations juives et palestiniennes de droits de l'homme. Pas une seule."

'Cannibales israéliens', caricature de Zahraa-Hassa inspirée par l'article de Donald Boström

Source: Judeosphere (Swedish Editor Accuses "Liberals" of Covering-Up "Israeli Organ Thefts")

Jesús Alcalá, est avocat, écrivain et l'ancien président de la branche suédoise d'Amnesty International. Il a récemment écrit un article dans le quotidien suédois Svenska Dagbladet, intitulé "The Aftonbladet scandal or the dangers of careless journalism" (Le scandale de l'Aftonbladet ou les dangers du journalisme négligent).

Jesús Alcalá a des mots durs au sujet de la publication par le tabloïd suédois Aftonbladet de l'article Donald Boström sur "le prélèvement d'organes par les Israéliens" et également pour Åsa Linderborg, l'éditrice d'Aftonbladet, qui continue à défendre la thèse de Boström.  (Et on croyait que Boström s'était rétracté !)

"Le scandale de l'Aftonbladet ou les dangers du journalisme négligent (extaits traduits de l'anglais)

Chaque année, environ une trentaine d'associations différentes de défense des droits de l'homme - internationales, israéliennes et palestiniennes – publient des rapports sur les abus et les violations des droits de l'homme commis en Israël, en Cisjordanie et à Gaza. La critique de la façon dont Israël traite les Palestiniens est souvent sévère. Mais aucune de ces ONG n'a jamais accusé ou soupçonné Israël d'avoir volé des organes aux Palestiniens tués par l'armée israélienne. Pas Amnesty International. Pas Human Rights Watch. Pas une seule des nombreuses associations juives et palestiniennes de droits de l'homme. Pas une seule.

Je n'ai aucune raison de croire que Boström est un antisémite. Je suis sûr qu'il est motivé par un réel souci de défendre les droits des Palestiniens. Sa cause est bonne. Et je pense la même chose d'Åsa Linderborg.

Néanmoins, la fin ne peut justifier les moyens. La négligence journalistique est dangereuse. Boström est familier avec le conflit au Moyen-Orient. Est-ce donc trop lui demander d'éviter tout lien avec les mythes de meurtres rituels imputés aux Juifs? N'est-il pas imprudent de prêter foi aux rumeurs qui sont exploitées pour attiser la haine? À peine un mois après la parution de l'article de Boström, le quotidien algérien al-Khabar affirmait qu'il existait un réseau juif de trafic d'organes responsable de l'enlèvement d'un grand nombre d'enfants algériens et marocains. Ni la police marocaine ni la police algérienne ne sont au courant de ces informations. Aucune enquête n'a jamais été diligentée. Nul n'a jamais été interrogé sur cette affaire. Aucun enfant "enlevé" n'a jamais été identifié. L'article d'Al-Khabar se base sur une déclaration faite par le chef du Comité national algérien de la santé, Mustafa Khayattil, un antisémite avéré. Or Khayattil fait le lien entre ces prétendus enlèvements avec l'article de Boström. Qu'est-ce qui lui a passé par la tête quand Boström s'est rendu en Algérie pour recevoir un prix journalistique de l'Union nationale des journalistes algériens pour son article sur le trafic d'organes ?

En décembre 2009, au cours d'une campagne électorale fortement marquée par l'antisémitisme, les médias ukrainiens rapportèrent qu'au cours des deux dernières années Israël avait kidnappé de 25.000 enfants ukrainiens. On aurait retrouvé la trace de ces enfants dans les hôpitaux israéliens. La source de l'information est professeur de philosophie, Vyacheslav Gudin, qui prétend, en se basant partiellement sur l'article de Boström, que des enfants ont été victimes de trafic d'organes.

Peu après, dans la foulée de ces rumeurs de trafic d'organes, le Premier ministre de l'Autorité palestinienne, Salam Fayyad, se référant lui aussi à l'article Boström demandait des sanctions contre Israël. Ghassan Khatib, le porte-parole du gouvernement palestinien, précisa ces exigences: "Il est grand temps que la communauté internationale sanctionne Israël pour avoir volé les organes de martyrs palestiniens". 
 Est-ce que Boström ne s'est vraiment pas rendu compte que ses spéculations sur des "prélèvements d'organes sans consentement" - publié dans un quotidien majeur d'Europe occidentale - n'aurait pas les conséquences dont nous n'avons peut-être vu jusqu'à présent que le début ?

La réalité est que la manière dont les journalistes rapportent les nouvelles et les événements culturels peuvent être une question de vie ou de mort. C'est pourquoi il est si important, si vital, que les médias ne répandent jamais des rumeurs, que les journalistes fassent toujours preuve de prudence lorsqu'ils rapportent les faits et les nuancent, la complexité et le contexte des situations."

Et ce qui devait arriver est arrivé. Åsa Linderborg, l'éditrice de l'Aftonbladet a réagit aux accusations de Jesús Alcalá (quelle surprise!) en évoquant une conspiration du silence chez les progressistes (libéraux) suédois (extraits traduits de l'anglais:

"Jésus Alcalá doit être le seul (ancien) président de la branche suédoise d'Amnesty à défendre le droit des forces d'occupation à tuer et à piller des corps. [...] Chaque nouvel article renforce le diagnostic que les progressistes souffrent d'un trouble collectif de manque d'empathie à l'égard des Palestiniens : ils n'ont aucune valeur en tant qu'êtres humains.  Et ceux d'entre nous qui prétendent le contraire devraient juste se taire. Ne rien écrire, ne rien dire, ne pas poser des questions. Ils sont assis là comme les trois singes, qui refusent de voir, d'entendre ou de parler de ce qui les gêne.""

- Donald Boström récidive: "le vol d'organes par l'armée israélienne dépasse 1000"
- Antisémitisme moyenâgeux et liberté de la presse, le cocktail suédois
- Suède: la défense d'Aftonbladet commence à s'écrouler
- Un tabloïd suédois accuse Tsahal de vols d’organes et exige une enquête internationale
- Nouvelle accusation suédoise
- Suède: un parti antisioniste inspiré par Dieudonné ?
- Quand les fonds européens financent les offensives judiciaires des ONG anti israéliennes
- La Suède, qui préside l’UE, n’a pas quitté la salle pendant le discours d’Ahmadinejad à l’ONU
- Caricature: la philosophie politique de la Suède envers Israël
- Suède: Henning Mankell accuse Israël de pratiquer l'apartheid - la ligne droite entre Soweto et Gaza
- Un théologien suédois défend la thèse des vols d'organes par Israël
- NGO Monitor demande que la Suède cesse de financer des ONG qui diabolisent Israël
- Equivalence de la Shoah [Israël = Nazis] comme une forme de négationnisme

2 commentaires :

syrandel a dit…

Bonjour,

Ai-je votre permission de reproduire votre article sur le blog de A.C.I. de Rennes http://www.acisafra.fr/blog?

Merci et bravo pour votre post, trés clair et bien documenté.

Daniel Siran

Philosémite a dit…

N'hésitez pas à le reproduire. Je n'ai fait qu'adapter le texte et le traduire. Tout le mérite revient évidemment à Jesús Alcalá, l'un des seuls à dénoncer les conséquences d'un tel article et au blog Judeosphere (U.S.A.)

http://www.thejudeosphere.com/?p=857

On ne peut que déplorer le silence des intellectuels, des médias et des ONG elles-même face à ce genre de dérapages.