jeudi 7 août 2014

L'obsession anti-Israël du médecin flamand Marc van Ranst

Le professeur Marc van Ranst est un virologue à l'UZ Leuven.  Il est obsédé par Israël qu'il essaye de délégitimer par tous les moyens et selon des méthodes bien rodées, notamment en inventant un nouveau vocable "gazacauste" (un terme révisionniste), en montrant des photos d'enfants palestiniens morts et mutilés lors de l'opération militaire d'Israël à Gaza, et toute la panoplie du parfait Israël-basher. Il est l'initiateur d'une pétition signée par une toute petite minorité de médecins belges condamnant Israël. Comme tout Israël-basher qui se respecte il évoque tel ou tel Juif qui a critiqué Israël - son Juif de choix est un certain Albert Einstein. Si même les Juifs le disent, van Ranst ne peut évidemment pas avoir tort. Et son obsession ne peut forcément pas être considérée comme antisémite. On se rappellera que feu le roi Hassan II disait que le conflit israélo-palestinien était l'aphrodisiaque des masses arabes... L'aphrodisiaque est certainement puissant.

Le feu fut mis aux poudres lorsque Guido Joris, qui est soit dit en passant est chrétien, de Joods Actueel lui a demandé si ses grands-parents avaient de près ou de loin, comme tant de citoyens belges courageux, aidé à sauver des Juifs pendant la Shoah. Cette question lui fut posée tout simplement parce que le médecin prétend qu'Israêl a perdu le crédit historique de bienveillance que les Européens, y compris les bourreaux de Juifs, avaient bien voulu leur accorder. L'échange de correspondance fut publié dans le quotidien De Morgen. L'intellectuel britannique Chas Newkey-Burden, qui n'est pas Juif, démonte très bien les fondements cette logique perverse: "que des non-Juifs disent aux Juifs, nous avons tué six millions d'êtres de votre peuple et par conséquent c'est vous les Juifs et pas nous qui avez des leçons à en tirer. C'est un argument d'une folie atroce et méchante. Ne l'acceptez jamais; rejetez-le totalement. Nous, et pas les Juifs, devrions le savoir mieux que quiconque".

Mais qu'en est-il du fameux crédit dont les Juifs et Israël ont bénéficié de la part de l'Europe? Il suffit de voir la situation en Europe des Roms qui furent également exterminés en masse par les nazis et leurs complices. Qui s'en soucie? Qui en parle? Le professeur van Ranst? Ce sont encore les Juifs qui rendent hommage à cette minorité persécutée. A-t-on vu le professeur van Ranst défendre les Roms? Les Tutsi, lors du génocide au Rwanda, et les survivants qui vivent avec des séquelles? Les chrétiens persécutés en Irak? Et on pourrait continuer cette liste. Vous voulez la réponse? Aller voir la page de Marc van Ranst sur Facebook.  Ces dernières 24 heures il a publié environ 15 articles de diabolisation d'Israël.

On peut aussi se demander si l'éthique médicale justifie la publication de ce genre de photos:

4 commentaires :

Anne juliette a dit…

Je travaille dans le milieu de la santé : ce n'est pas éthique mais ce médecin doit être un médecin libéral (c'est-à-dire qu'il travaille pour son propre compte et est son propre patron) exerçant très probablement dans un quartier où vivent plus de 90% de musulmans sans risque donc de perdre sa clientèle. Il y a quelques jours, j'ai d'ailleurs appris qu'il y a un quartier en Belgique qui s'appelle "La petite Charia".
Il ne risque pas d'être licencié puisqu'il n'exerce pas dans une structure; il risque juste une remontrance du Conseil de l'Ordre des Médecins et comme, en Belgique, ce Conseil est moins sévère, il s'en tirera bien.

Il y a 40000 juifs en Belgique. Pourquoi restent-ils encore dans ce pays? Ils peuvent immigrer en Israël ou au Canada francophone. Que les personnes âgées et les faux juifs restent, je peux comprendre mais les jeunes, je ne comprends pas.
900000 juifs russes ont émigré en Israël entre 1989 et 2002 : ils ne connaissaient pas l'hébreu, 40 % d'entre eux n'avaient pas fait de longues études, la culture et le climat étaient différents de leur pays natal et pourtant, ils ont pris le taureau par les cornes et ils sont partis et ils ont réussi. Mais qu'attendent les juifs belges? Qu'on les élimine un à un.

Anonyme a dit…

Non il travaille dans un grand hôpital attaché à l'Université Catholique de Louvain (KUL).

C'est la même situation partout en Europe.

Bonne question: comme le dit Moshé Cantor les Juifs européens ont trop tendance à tolérer l'antisémitisme. La situation devient intenable et beaucoup vont partir.

Anne juliette a dit…

J'ai très vite lu l'article : ce sale type travaille pour un grand hôpital en plus. C'est pire que tout.
En France, il aurait eu des comptes à rendre à sa hiérarchie car le personnel soignant hospitalier ne montre pas des photos d'enfants blessés ou tués. Le jour où cela se fera dans toute l'Europe, la démocratie aura perdu car cela signifiera que ce sont les orientaux qui ont réussi à exporter leur culture. En effet, dans la culture judéo-chrétienne, on n'expose pas des corps mutilés publiquement: dans les pays arabo-musulmans, OUI et c'est malsain et primitif.
En Belgique, nous ne sommes déjà plus en démocratie car ce pays est en train de devenir le premier état islamique d'Europe mais la France la rejoint à grands pas.
Voilà comment la culture islamique gagne du chemin par petites touches : si nous ne faisons pas attention, la culture musulmane nous phagocytera.

Enfin, on parle des chrétiens d'Irak et des yazidis (une autre minorité) que l'Etat Islamique pourchasse, persécute, spolie et tue et dont les églises et lieux de culte sont saccagés.
Où sont tous les manifestants de la gauche bien pensante (NPA, Front de Gauche, EELV et quelques députés et ministres de l'aile gauche du PS dont Montebourg) et des extrême-gauche et droite musulmanes antisémites quand elles ne sont pas terroristes? Ah, ce n'est pas Israël le soi-disant agresseur mais des individus de leurs rangs, donc c'est bien ce que je pensais : Le HAMAS = ETAT ISLAMIQUE = AL QAIDA. Alors ce que je conseille à Israël c'est de continuer à détruire ce nid de terroristes.


PS : Amos Oz, pacifiste pourtant, a dit : "Si des criminels se cachent dans des jardins d'enfants pour tirer sans cesse sur vos jardin d'enfants, que faites vous ? C'est une question qu'il pose aux pays occidentaux.

S'il y a des frappes militaires dans le nord de l'Irak, il y aura des victimes civiles à coup sûr car les bombes ne savent pas faire la différence. Le Ministre de l'Economie va-t-il envoyer un tweet pour soutenir ces civils? J'oubliais, ils se sont pas palestiniens et musulmans. Mauvaise pioche pour les chrétiens et les yazidis d'Irak.

Anne juliette a dit…

Les hôpitaux sont comme les palais de justice : il faut de la sérénité pour juger et il faut de la sérénité pour soigner. Sinon les émotions, au vu d'images difficiles, déclenchent la haine et l'envie de vengeance chez les victimes et dans le camp adverse.
Il y a trente ans, moi et mes collègues avons soigné un enfant de 2 ans victime d'un viol. Si nous avions montré les photos des blessures de cet enfant dans un journal télévisé, le tiers des mères de la ville aurait voulu lyncher et tuer le présumé coupable.
Au delà de la sérénité dans laquelle tout soignant doit pouvoir travailler, je suis totalement opposée à ce que des médecins ou infirmières montrent les photos d'enfants brisés sur n'importe quel support par dignité d'abord pour ces enfants et ensuite pour leurs proches.

Monsieur Mark Van Ranst, vous êtes indigne d'exercer la profession de virologue. Vous avez déjà tout adopté d'une certaine culture arabo-musulmane : le virus de l'émotion à tout prix et à n'importe quel prix que porte cette culture, ajouté à votre haine d'un pays qui n'est pas la Syrie où on massacre autant d'enfants aussi, vous a contaminé et vous n'en guérirez pas : vous mourrez pestiféré.


PS : Exception : Dans les cas de crimes massifs, pour l'Histoire, si on montre les photos, il faut le faire une décennie après pour que l'émotion soit passée.